Blogue

Refus de prêt personnel : les 5 motifs les plus fréquents
Vendredi 9 Août 2019 18:51     A+ | a-

Avec un dossier que l'on juge acceptable, il est tout à fait possible d'essuyer un refus de prêt personnel par un établissement bancaire. Et même si chaque prêteur suit ses propres règles pour accorder un crédit, force est de constater que ce sont souvent les mêmes raisons qui motivent une décision négative. Voici les 5 motifs de refus de prêt personnel les plus fréquents.

  1. Une cote de crédit basse ou un manque d'historique

Dans les institutions bancaires classiques, un faible pointage de crédit débouche quasiment systématiquement sur un refus de prêt, quand bien l'emprunteur dispose de revenus suffisants et est faiblement endetté. Le manque d'historique se traduisant également par une faible cote de crédit, les nouveaux arrivés sur le marché du crédit se voient aussi généralement refuser leur prêt pour cette raison. Dans ce cas de figure, la seule solution qui s'offre à l'emprunteur est d'effectuer une demande de crédit sans enquête afin d'avoir une chance d'obtenir un financement.

  1. Un revenu trop faible

Même si vous n'avez aucune dette, il vous sera difficile d'obtenir un prêt si vous disposez d'un faible revenu, par exemple parce que vous travaillez à temps partiel. En effet, en règle générale, les établissements de crédit et notamment ceux accordant des prêts sans enquête exigent un revenu minimum de 1 200 $ mensuels.

  1. Un endettement trop important

Même si vous disposez d'un revenu confortable, le prêteur peut vous refuser un prêt personnel s'il juge qu'avec ce nouvel engagement, votre endettement risque d'être trop important. Généralement, les institutions bancaires considèrent que le ratio d'endettement doit se situer entre 32 et 40% du revenu total annuel. En cas de refus pour ce motif, la seule solution est d'attendre de pouvoir solder certains crédits, de préférence ceux présentant les taux d'intérêt les plus importants, afin de réduire son ratio d'endettement et d'être ainsi en mesure de présenter une nouvelle demande de prêt personnel. Et même si vous avez un ratio d'endettement faible, un prêteur peut également vous refuser un prêt personnel s'il constate sur les relevés de banque que vous êtes en train de rembourser un micro prêt ou un prêt sur salaire. Mieux vaut donc le solder avant d'effectuer une demande de prêt personnel.

  1. Des antécédents d'impayés

Lorsqu'un établissement de crédit étudie le dossier d'un client, il examine soigneusement les derniers relevés de compte bancaire. C'est ainsi qu'il peut vérifier le montant des revenus perçus et les crédits en cours de remboursement. Mais c'est également aussi pour lui le moyen de détecter si l'emprunteur a eu des impayés sur les trois derniers mois. Un incident de ce type pousse généralement les institutions bancaires traditionnelles à refuser une demande de prêt personnel. Certains prêteurs qui consentent des crédits sans enquête peuvent tolérer un impayé sur la période à condition qu'à côté de cela, le dossier de l'emprunteur soit bon.

  1. Un changement d'employeur ou de logement récent

Si votre ancienneté dans l'entreprise est inférieure à six mois, que vous avez déménagé dans les trois derniers mois ou que votre compte chèques est ouvert depuis moins de 90 jours, vous risquez d'essuyer un refus de prêt personnel de la part de l'établissement bancaire auprès duquel vous déposez votre demande de crédit. En effet, pour accorder un prêt personnel, les institutions classiques comme les prêteurs privés exigent généralement une antériorité de six mois chez l'employeur et à l'adresse de résidence ainsi qu'un compte chèques ouvert depuis plus de trois mois dans une agence du Québec.

Les prêteurs ne s'arrêtent pas simplement au montant du revenu perçu pour accorder un prêt personnel. Ils peuvent en effet refuser la demande de l'emprunteur pour d'autres raisons et notamment si sa cote de crédit est faible, son endettement important, que son historique montre des impayés récents, ou encore que son ancienneté dans l'entreprise ou au domicile est insuffisante.

 
Article précédent Accueil Article suivant